Data Culture

Comprendre les différentes cultures data

Comme un culture organisationnelle, chaque entreprise travaillant avec la donnée a sa propre culture data. Nous pensons que ce qui distingue les géants du Web, ce n’est pas la structure de leur gouvernance mais la culture qui irrigue et anime cette organisation.

Chez Zeenea, nous recommandons la mise en place d’une Data Democracy. Une Data Democracy désigne une culture d’entreprise, un modèle ouvert où liberté rime avec responsabilité.

Un bon moyen de mieux comprendre la Data Democracy est de la comparer à d’autres cultures de la donnée. Voici les principales cultures data:

La Data Anarchy

Dans ce régime, les opérationnels métier s’estiment mal servis par le département informatique, et développent chacun dans leur coin des bases clandestines (“shadow IT”) qui servent leurs intérêts immédiats en s’affranchissant de toute règle sur le contrôle et la conformité des usages.

En 2019, cette culture est porteuse de risques massifs (fuite de données, contravention aux règles éthiques, juridiques ou réglementaires, dégradation de la qualité de service, renforcement des silos, etc.).

La Data Monarchy

Ce régime se traduit par une très forte asymétrie de l’accès aux données selon la position dans la hiérarchie. Les données sont très fortement contrôlées, leur niveau de consolidation soigneusement aligné avec l’organigramme, et leur distribution très sélective.

Cette culture monarchique est celle qui a longtemps prévalu dans les projets de Business Intelligence (BI) : les données collectées dans le data warehouse sont soigneusement contrôlées, puis consolidées dans des rapports dont l’accès est réservé à quelques privilégiés proches des instances de décision. Cette culture promeut massivement une approche “top down” et favorise plus volontiers une stratégie défensive, où la mise en place de règles, de contraintes et de contrôles sanctuarise les données. Le bénéfice théorique principal est un contrôle quasi infaillible sur la donnée d’entreprise, mais cela se traduit aussi par une accessibilité très limitée et réservée à certaines castes privilégiées.

La Data Aristocracy

Ce régime se caractérise par un degré de liberté plus important que la Data Monarchy, mais uniquement réservé à un sous-ensemble de la population, très ciblé, principalement sur les collaborateurs aux profils experts (Data Engineers, Data Analysts, Data Scientists, etc.).

Ce régime aristocratique est souvent celui qui émerge des projets de gouvernance les plus réussis. Une telle culture peut être favorable à des stratégies plus offensives, ainsi qu’à des approches hétérogènes, mêlant top down et bottom up. Cependant, elle prive la majeure partie des collaborateurs de l’accès à la donnée, et par conséquent l’entreprise d’un certain nombre d’innovations et valorisations possibles.

La Data Democracy

La Data Democracy se fixe comme objectif principal de rendre la donnée de l’entreprise largement accessible au plus grand nombre, si ce n’est à tous. En effet, tout collaborateur est en mesure de pouvoir tirer de la valeur des données à quelque niveau que ce soit.

Cette liberté d’accès offre des possibilités maximales de création de valeur pour l’entreprise ; elle permet à tout collaborateur de pouvoir, à son niveau, utiliser l’ensemble des ressources accessibles et compatibles avec son besoin pour produire localement de la valeur, et par capillarité d’en faire profiter toute l’entreprise.

Cette liberté ne fonctionne que si des règles et des outils élémentaires sont mis en œuvre et que chaque collaborateur est responsabilisé dans l’usage qu’il fait des données. Cela requiert donc de diffuser l’information nécessaire et suffisante pour lui permettre de faire un usage approprié, dans le respect des règles.

data-cultures-inforgraphic

Téléchargez notre livre blanc “Quelle organisation pour une gouvernance des données agile ?”

L’approche démocratique présente un défi d’équilibre intéressant : il faut d’un côté s’assurer que le droit d’utiliser les données peut véritablement être exercé, et de l’autre contrebalancer ce droit par un certain nombre de devoirs. Pour en savoir plus sur comment construire une culture data démocratique, téléchargez dès à présent notre livre blanc.

Téléchargez notre livre blanc.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *